skip to Main Content
Menu
Centre des
Arts Visuels

Nouvelles et événements

 

À LA GALERIE MCCLURE :
Andrea Kastner Shadow Cities


Andrea Kastner, Home Again, 2017, huile sur toile / oil on canvas, 22 x 26 po/in.

Visite commentée avec l’artiste : le jeudi 4 octobre à 17 h
Vernissage : le jeudi  4 octobre à 18 h
Exposition : du 5 au 27 octobre

La ville est un texte rédigé en béton et en brique, laissant évidence de ses révisions dans chaque délicate cicatrice. Alors que des édifices sont démolis, des façades exposées, des déchets collectés et enfouis, les ébauches et corrections de la ville deviennent visibles. Les tableaux de Andrea Kastner sont un poème à demi-achevé en hommage à la ville dans l’ombre.


Valleyfield Seminary, c.1955. Photo credit : Concordia University Records Management and Archives

CONFÉRENCE NORMA MORGAN :
Dr Clarence Epstein
Trésors des siècles : collection de la Famille Diniacopoulos

Jeudi 27 septembre 2018, 19 h

Vincent et Olga Diniacopoulos sont arrivés ici dans les années 50 après avoir quitté l’Europe ravagée par la guerre. Ils ont amené avec eux des milliers d’objets uniques couvrant plus de quatre millénaires de civilisation. Il y a plusieurs années, la collection a été dispersée dans des musées, des universités et des collections partout dans le monde. Rejoignez-nous pour écouter l’histoire fascinante d’une des collections d’art et d’antiquités privées les plus importantes au Canada et l’histoire des Montréalais extraordinaires qui les ont montées.


Conférence Les artistes et la communauté

Les artistes et la communauté

Un sommaire de la conférence donnée par notre directrice générale Natasha S. Reid au mois de mai est maintenant disponible en PDF!

Télécharger le PDF


Publications récentes par Natasha S. Reid

Notre directrice générale, Natasha S. Reid, a rédigé des chapitres dans les trois livres suivants venant d’être publiés :

Makers, Crafter, Educators: Working for Cultural Change

Dignity of the Calling: Educators Share the Beginnings of Their Journeys

Professional Development in Art Museums: Strategies of Engagement Through Contemporary Art


Exposition Éveil des arts 2017-18

Vernissage : jeudi 28 juin, 17 h à 19 h
Exposition : 29 juin au 26 juillet

Le Programme Éveil des arts du CAV encourage et facilite l’engagement public avec les arts. Notre objectif est d’amener l’art d’une façon plus complète au centre de nos vies et de rejoindre ceux et celles qui, autrement, n’auraient peut-être pas eu l’opportunité d’en faire l’expérience. En 2017-18, nous avons travaillé en collaboration avec James Lyng High School, École primaire Charles-Lemoyne et Centre des aînés de Pointe-Saint-Charles. Venez voir les fruits de nos collaborations à la Galerie McClure!

Remerciements chalereux à : Fondation Chawkers • donateur anonyme

Heures de la Galerie : mardi à vendredi de 12 h à 18 h, samedi de 12 h à 17 h


ILLIRIJAVUT
Commissaires invitées : Qumaq Mangiuk Iyaituk et Kathryn Delaney

Vernissage : le jeudi 31 mai à 18 h
Exposition : du 1er au 23 juin 2018
Conférence : le vendredi 1er juin à 19 h
Atelier : vendredi 1er juin, de 10 h à 16 h (inscription requise)

(le français suit)

“ᐃᓄᒻᒪᕇᑦ ᐅᓂᒃᑳᖏᑦ ᐅᕙᑦᑎᓂᒃ ᐊᑦᑕᒥᒐᐅᑎᒍᑎᒋᓲᖏᑦ ᓇᒻᒥᓂᕐᒧᐊᖓᕗᑦ, ᐆᒻᒪᑎᒥᒃ ᓂᕈᒥᑦᓰᓲᒍᑦᓱᑎᒃ ᐃᓪᓕᓇᕐᑑᓱᑎᓗ.”
— ᖁᒪᖅ ᒪᖏᐅᖅ ᐃᔦᑦᑐᖅ (ᓇᓕᕐᙯᑐᖅ 2015)
ᐃᓪᓕᕆᔭᕗᑦ ᖁᓪᓕᓂ ᐊᕐᕌᒍᕐᓂ ᓇᓪᓕᐅᓂᕐᓯᐅᕈᑕᐅᕗᖅ ᐊᐅᓚᔨᓇᕐᑐᖑᐊᑦ ᑕᑯᑦᓴᐅᑎᑕᐅᕙᑦᑎᓗᒋᑦ ᐅᓂᒃᑳᓕᐅᕐᑕᐅᒋᐊᓐᖓᓯᒪᔪᑦ ᐊᕙᑎᓄᑦ ᐅᓂᒃᑳᓕᐅᕐᑎᓄᑦ ᐃᓄᑦᑎᑑᕐᑐᓂᒃ ᐅᓂᒃᑳᓕᐅᒋᐅᕐᓴᓂᖏᓐᓂ ᕿᒥᕐᕈᐊᓂᓗ ᐅᓂᒃᑳᓕᐅᒋᐅᕐᓴᓂᖏᓐᓂ. ᖁᒪᖅ ᒪᖏᐅᖅ ᐃᔦᑦᑐᖅ, ᐃᕗᔨᕕᒃ ᓄᓇᕕᒻᒥᐅᖅ ᐊᒻᒪᓗ ᐱᓇᓱᐊᕐᑕᐅᔪᓂᒃ ᐊᑕᐅᑦᓯᑰᕐᑎᓯᔨ Kathryn Delaney, ᒧᓐᑐᔨᐊᒥᐅᖅ, ᐱᓇᓱᐊᖃᑎᒌᖃᑦᑕᓯᒪᓕᕐᑑᒃ ᐱᕙᓪᓕᐊᑎᑦᓯᒐᓱᐊᕐᓱᑎᒃ ᑲᔪᓯᑎᑦᓯᒐᓱᐊᕐᓱᑎᓗ ᑖᒃᑯᓂᖓ ᐃᓗᕐᖁᓯᕐᒨᓕᖓᑦᓱᑎᒃ ᐱᒋᐅᕐᓴᓂᐅᕙᑦᑐᓂᒃ ᑌᒪᓐᖓᓂᑦ ᑲᑎᓚᐅᔪᑦᓱᑎᒃ 2009-ᒥ ᐊᕐᕌᒍᑕᒫᕐᓯᐅᑎᒥᒃ ᓄᓇᕕᒻᒥᐅᑦ ᕿᒥᕐᕈᐊᓕᐅᒋᐅᕐᓴᑎᓪᓗᒋᑦ ᐃᓄᑦᔪᐊᒥ. 2015-ᒥ, ᖁᒪᖅ ᐱᓇᓱᐊᖃᑎᖃᒋᐅᑦᓯᐊᓚᐅᔪᕗᖅ ᐃᓄᑐᐃᓐᓇᐅᖏᑦᑐᓂᒃ ᑌᒣᑦᑐᑎᒍᑦ ᕿᒥᕐᕈᐊᓕᐅᒋᐅᕐᓴᓂᒃᑯᑦ. ᕿᒥᕐᕈᐊᓕᐅᒋᐅᕐᓴᓚᐅᔪᔪᑦ ᒧᓐᑐᔨᐊᒥ Visual Arts Center-ᒥ ᑐᓴᓚᕿᑎᓪᓗᒋᑦ ᑕᑯᒥᓇᕐᑐᓕᐅᕐᑏᑦ ᖁᒪᖅ, ᑳᔅᕆᓐ ᐊᒻᒪᓗ ᒪᑦᑎᐅᓯ ᐃᔦᑦᑐᖅ ᐱᒍᒪᐅᒻᒥᓱᑎᒃ 2016-ᒨᓕᖓᑦᓱᓂ ᑮᓇᐅᔭᓂᒃ ᓂᖏᕐᑎᓯᐅᑎᓂᒃ ᑲᓇᑕᐅᑉ ᑲᕙᒪᖓᓐᓂᑦ ᐱᓇᓱᐊᓚᕿᑦᓱᑎᒃ ᐆᒥᖓ: ᐃᓪᓕᕆᔭᕗᑦ: ᐃᓄᐃᑦ ᐅᓂᒃᑳᓕᐅᒋᐅᕐᓴᓂᖏᑦ ᕿᒥᕐᕈᐊᓕᐅᒋᐅᕐᓴᓂᖏᓪᓗ ᑕᐅᑦᑐᓕᓂᒃ, ᑲᓇᑕᓕᒫᒥ ᓄᓇᕕᒻᒥ ᓄᓇᓕᒻᒥᐅᑦ, ᐃᓄᐃᑦ ᖃᓪᓗᓈᑦ ᓄᓇᖓᓂᒥᐅᑦ ᐃᓄᑐᐃᓐᓇᐅᖏᑦᑐᐃᓗ ᑌᒫᒃ ᐱᒋᐅᕐᓴᑎᑕᐅᕙᑦᑎᓗᒋᑦ.
ᕿᒥᕐᕈᐊᓕᐅᒋᐅᕐᓴᓂᖏᓐᓂ, ᑲᑎᒃᑫᓲᖑᔪᒍᑦ ᑕᑯᒥᓇᕐᑐᓕᐅᕐᑎᓂᒃ/ᑐᓴᕐᓂᑐᓕᐅᕐᑎᓂᒃ ᐃᓄᒻᒪᕆᒻᒥᓄ ᙯᕐᖁᔨᑦᓱᑕ ᐅᓂᒃᑳᖁᑦᓱᒋᑦ “ᐃᓅᓯᕐᒥᓂ ᐊᑑᑎᓪᓗᑐᕐᑕᕕᓂᕐᒥᓂᒃ”. ᐅᖃᐅᓰᑦ ᐃᓄᑦᑎᑑᕐᑐᑦ ᐳᐃᒍᕐᑕᐅᒪᓕᕐᑐᑦ ᐅᖄᔭᐅᖃᑦᑕᓱᑎᒃ. ᐃᓚᐅᔪᑦ ᐃᓄᐃᑦ ᐅᓂᒃᑳᑕᕕᓂᖏᓐᓂᒃ ᐊᓯᑦᔩᓗᑐᑦᓯᐊᓲᑦ ᕿᒥᕐᕈᐊᓕᐊᕆᓯᑦᓱᒋᑦ ᑕᐅᑦᑐᖃᕐᓗᑎᒃ ᐃᓄᑦᑎᑑᕐᓱᑎᒃ ᓂᑦᔭᐅᑎᐅᔮᕐᑐᒥ ᓯᑯᑦᓴᔭᒥ. ᕿᒥᕐᕈᐊᓕᐅᒋᐅᕐᓴᑎᑦᓯᓂᐅᕙᑦᑐᑦ ᖃᐅᔨᒋᐅᕐᑎᓯᕙᑦᑐᑦ ᐊᓪᓚᐅᑎᒧᑦ ᐃᒪᓕᒻᒧᑦ ᐊᓪᓚᖑᐊᕐᓂᒥ, ᐃᒪᕐᒥᒃ ᐅᐊᕈᑦᓯᓲᒧᑦ ᒥᖑᐊᓐᖑᐊᓂᕐᒥ ᐃᓕᓴᕐᑕᐅᖄᓚᐅᑲᑦᑎᓗᒋᑦ ᐃᓄᑦᑎᑐᑐᐃᓐᓇᖅ, ᒋᐊᖃᑐᐊᕋᒥᓪᓗ ᐅᖃᐅᓯᐅᒻᒥᔪᓄᑦ. ᐃᓚᐅᔪᑦ ᐃᒻᒥᓂᒃ ᐃᓱᒪᓐᖑᐊᓲᑦ ᐅᓂᒃᑳᒦᒋᐊᕐᒥᓂᒃ. ᑌᒣᓘᕐᓱᑎᒃ ᐱᒋᐅᕐᓴᑐᑦ ᑲᔪᖏᕐᓴᑕᐅᓚᕿᓲᑦ ᐱᑐᓚᕿᑎᓪᓗᒋᑦ ᐅᖄᔭᐅᔪᓄᑦ, ᐃᓱᒪᑖᕆᔭᐅᔪᓄᑦ ᐃᑉᐱᓂᐊᕐᓂᓄᓗ ᐅᓂᒃᑳᑉ ᐃᓗᐊᓂ. ᑌᒣᓘᕐᓱᑎᒃ ᓴᓇᑐᔫᑦᓱᑎᒃ ᐃᑲᔪᕐᓯᔭᐅᓲᑦ ᖃᐅᔨᒪᓯᑦᓱᑎᒃ ᐃᓘᓐᓇᓯᐊᖓᓂᒃ ᐅᓂᒃᑳᒥᒃ. ᑖᒃᑯᐊ ᕿᒥᕐᕈᐊᓕᐅᒋᐅᕐᓴᓂᐅᓲᑦ ᐊᓪᓚᖑᐊᕐᓯᒪᔪᕐᑕᖃᕐᓱᑎᓗ ᕿᒥᕐᕈᐊᖑᓕᕐᑐᑦ ᕿᒥᕐᕈᑎᑦᓯᔪᑦ ᐃᓄᐃᑦ ᐱᐅᓯᑐᖃᖓᓂᒃ, ᐅᓇᒻᒥᓇᓕᕐᑐᓂᒃ ᓵᓐᖓᓯᒋᐊᖃᓲᒍᓂᖏᓐᓂᒃ ᐊᑕᐅᓯᐅᓈᕐᑎᓯᓚᖀᑦᓱᑎᓗ ᐊᑕᐅᓯᑐᐃᓐᓇᒥᒃ ᐃᓱᒪᖃᓲᓂᒃ ᐊᒻᒪᓗ ᐃᓕᓭᒍᑕᐅᑦᓱᑎᒃ ᑲᓇᑕᒥᐅᓕᒫᓂᒃ, ᑕᕝᕘᓇᑦᓭᓇᕐᓗ ᓲᖑᓰᓚᕿᑦᓱᑎᒃ ᐃᓄᐃᑦ ᐅᖃᐅᓯᖓᓂᒃ ᐱᐅᓯᑐᖃᕐᑎᒍᓪᓗ ᑭᓇᐅᓂᖏᓐᓂᒃ.

« Les histoires que les aînés partagent avec nous sont personnelles, réconfortantes et précieuses. »
— Qumaq Mangiuk Iyaituk (janvier 2015)

La Galerie McClure a l’honneur de présenter Illirijavut, une exposition rétrospective dans le cadre du dixième anniversaire présentant des livres de contes originaux de vingt artistes créés lors des ateliers Narration inuite et fabrication de livres d’artistes. Qumaq Mangiuk Iyaituk de Ivukivik (Nunavik), chargée de projet, et Kathryn Delaney (Montréal), coordonnatrice de projet, ont collaboré afin de développer et de faciliter ces ateliers culturels depuis leur rencontre en 2009 lors des ateliers artistiques annuels du Nunavik à Inukjuak. En 2015, Qumaq a travaillé avec une population non-inuit pour la première fois dans le contexte de ces ateliers. Cet atelier a eu lieu au Centre des arts visuels à Montréal et a inspiré les artistes Qumaq et Kathryn ainsi que Mattiusi Iyaituk à obtenir en 2016 une bourse {Re}conciliation du Conseil des arts du Canada pour le projet Illirijavut : narration inuite et fabrication de livres d’artistes, offrant des ateliers aux communautés du Nunavik et des populations urbaines inuites et non inuites au Canada.

Lors de ces ateliers, les artistes se rassemblent et invitent un aîné à faire part au groupe de ses « vraies histoires de vie ». Des paroles inuites oubliées sont ainsi prononcées. Les participants transforment les histoires orales inuites en livres de contes imagés originaux narrés de textes syllabiques inuits sur du papier en accordéon. Les ateliers donnés en inuktitut ou au besoin en français ou anglais introduisent des techniques en dessin à l’encre et en aquarelle. Les participants sont invités à s’imaginer dans l’histoire. Cet exercice sensoriel encourage les artistes à se lier aux éléments, aux idées et aux émotions de l’histoire. Ce processus créatif contribue à bien prendre connaissance de l’histoire entière. Ces ateliers et les livres de contes qui y sont créés explorent des aspects de la culture inuite, remettent en cause et éliminent les stéréotypes et éduque le public canadien tout en renforçant la langue et l’identité culturelle inuite.

Artistes participants :
Paula Ainalik, Arnaujaq Alaku, Jessica Arngak, Elisa Audlaluk, Kathryn Delaney, Mattiusi Iyaituk, Maggie Jaaka Qisiiq, Sarah Lisa Kasudluak, Louie Qiluqi Makimak, Passa Mangiuk, Qumaq Mangiuk Iyaituk, Mary Mosesiapik, Nooma Oweetaluktuk, Mosusie Padlayat Sr., Caroline Palliser, Mary Paningajak Alaku, Louisa Pauyungie, Manu Qaunnaaluk, Qiallak Qumaaluk, Louie Qungisiruk

Heures de la Galerie : mardi à vendredi de 12 h à 18 h, samedi de 12 h à 17 h
galeriemcclure@centredesartsvisuels.ca


Les artistes et la communauté

Natasha S. Reid
Le jeudi 24 mai à 19 h

La directrice du Centre des arts visuels, Natasha S. Reid, explore les liens entre les espaces créatifs communautaires et les pratiques artistiques contemporaines intéressées aux questions sociales. Elle partage son intérêt pour les histoires d’enseignants et étudiants et comment les centres d’art influencent leur communauté.


31 women painters

Intervention : 31 femmes peintres

Commissaire invité : Harold Klunder
Vernissage : le jeudi 1er février à 18 h
Exposition : du 2 au 24 février 2018
Conférence : le vendredi 2 février à 19h

La Galerie McClure a l’honneur de présenter l’exposition Intervention: 31 femmes peintres. L’artiste canadien reconnu Harold Klunder est le commissaire invité cette année et il rassemble ici les œuvres petits formats de peintres canadiennes dont les carrières recouvrent collectivement six décennies. Rassemblées ainsi dans un même espace, elles soulignent avec quelle créativité et imagination les femmes ont contribué de façon significative à la constante réinvention de cette discipline incontournable de notre époque.

Cette exposition est selon Klunder une exploration, une intervention : « j’ai approché 31 artistes dont je sais qu’elles sont particulièrement engagées dans le processus de la peinture. Les œuvres sont de petits formats afin d’inclure autant d’artistes possible. Ce projet est une invitation aux artistes d’utiliser l’exposition et l’espace pour intervenir avec leur travail et échanger avec les œuvres des autres artistes participantes. Je ne me perçois pas comme un commissaire, mais plutôt comme un peintre agissant comme facilitateur, dans ce cas-ci, par l’accès à un espace partagé. Le résultat doit être déterminé par les artistes. Chaque artiste a été appelé à sélectionner leur propre travail pour l’exposition, provoquant ainsi une liberté aléatoire qui n’est pas toujours tolérée dans les expositions. Les œuvres forment un ensemble qui témoigne de leur diversité et leur approche des matériaux. Le résultat sera déterminé par la combinaison de ces 31 récits. »

Les artistes participantes représentent une diversité de voix, incluant des artistes renommées et d’autres moins connues mais dont Klunder admire le travail pour leur authenticité et leur façon inventive d’utiliser la peinture. Une telle approche est tout à fait cohérente avec le mandat du Centre des arts visuels de promouvoir l’accessibilité et l’inclusivité dans l’enseignement et la présentation des arts visuels. Les artistes participantes sont : Ann Beam, Kathryn Bemrose, Sarah Cale, Barbara Caruso, Catherine Carmichael, Gathie Falk, Nika Fontaine, Cameron Forbes, Sybil Goldstein, Eliza Griffiths, Libby Hague, Susanna Heller, Gail Hutchison, Rae Johnson, Fiona Kinsella, Dorothy Knowles, Wanda Koop, Rita Letendre, Medrie MacPhee, Natasha Martel, Doris McCarthy, Christiane Pflug, Ciara Phillips, Annie Pootoogook, Louise Robert, Gina Rorai, Janet Stanley, Françoise Sullivan, Marion Wagschal, Diane Whitehouse et Joyce Wieland.

Heures de la galerie : mardi à vendredi de 12 h à 18 h, samedi de 12 h à 17 h
galeriemcclure@centredesartsvisuels.ca


Lynn Price

LYNN PRICE HOW SMALL A THOUGHT

Vernissage : Le jeudi le 23 novembre à 18 h
Exposition : du 24 novembre au 16 décembre 2017
Conférence : Le jeudi 30 novembre à 19 h

À quel point faut-il que la pensée soit petite pour remplir la vie de quelqu’un!… Pour aller en profondeur vous n’avez pas besoin d’aller bien loin; effectivement, il n’est pas nécessaire de quitter votre environnement immédiat et familier.

Ludwig Wittgenstein, Culture and Value (1946) (traduction libre)

La Galerie McClure est ravie de présenter le travail de thèse de Lynn Price. Son exposition How Small a Thought explore le genre de la nature morte, un style ayant une histoire complexe et riche offrant une diversité de possibilités contemporaines afin d’explorer la relation de l’homme avec les objets du quotidien. Avec cette série d’œuvres sur papier, l’accumulation devient une métaphore de ce qui marque le temps sous forme de minutes, heures, semaines… une vie.

Price note : ‘Depuis un certain temps, je crée des natures mortes de citrons. C’est un processus engageant de se concentrer sur une chose aussi profondément et durant une longue période. J’associe le genre de la nature morte et une démarche très structurée comme un moyen de réflexion sur la phénoménologie de la conscience du temps interne, les structures essentielles de la conscience qui permettent la perception unifiée d’un objet se produisant à travers des moments successifs. En utilisant des stratégies d’itération, de variation et d’accumulation, je rempli le temps avec une activité qui, en soit, a pour fonction de révéler l’expérience du temps qui passe.’

LYNN PRICE vit et travaille à Powell River en Colombie-Britannique. Elle termine sa maîtrise en arts visuels à l’Université Concordia après avoir obtenu son baccalauréat en arts visuels de Emily Carr University en 2013. Ses œuvres ont été présentées au Canada dans plusieurs expositions solo et de groupe et elle a participé à des résidences à l’international en Angleterre et en Finlande.

Heures de la Galerie : mardi à vendredi de 12 h à 18 h, samedi de 12 h à 17 h
galeriemcclure@centredesartsvisuels.ca


Atelier secret - Secret Studio

Atelier secret – exposition et levée de fonds

Soirée de gala: le jeudi 9 novembre à 18 h
Exposition: du 4 au 18 2017
Lieu : Centre des arts visuels, 350 Avenue Victoria, Montréal, QC H3Z 2N4

Un événement de levée de fonds unique mettant en vedette des centaines d’œuvres d’art sélectionnées des ateliers d’artistes professionnels de notre communauté. Une rare occasion de découvrir de nombreux joyaux cachés et d’acquérir des œuvres à prix raisonnables tout en soutenant notre communauté artistique. Un billet pour la soirée de gala permet de choisir en premier, tout en savourant hors d’oeuvres et vin.

Achetez vos billets!


Karine Frechette Asterismes

Karine Fréchette Astérismes

Vernissage : Le jeudi le 5 octobre à 18 h
Exposition : du 6 au 28 octobre 2017
Conférence : Le jeudi 12 octobre à 19 h

La Galerie McClure est heureuse de présenter le travail récent de la peintre Karine Fréchette. Son exposition Astérismes s’intéresse à la lumière à la fois naturelle et artificielle en peinture et ainsi, indirectement, réfléchit à une relation de plus en plus complexe et altérée entre l’espace et le temps. Ce corpus se nourrit d’une fascination pour toutes formes d’ondes transmises, aussi bien à l’échelle astrale qu’à travers les télécommunications. Elle évoque des flux et des oscillations, comme si le tableau devenait le réceptacle où se fige le mouvement de courants indéfinis ou le point d’ancrage de réseaux en expansion. Matérialiser l’immatériel à travers une douzaine de tableaux moyens et grands formats.

Que ce soit à travers la répétition, la modulation et l’accumulation de motifs linéaires, ou encore des échos à des représentations digitales ou analogiques, ces différents procédés servent de matrice au véritable sujet: l’irrégularité. Le décalage provoque ainsi différentes illusions et désorientations de la perception optique et spatiale. Un espace-temps possible, mais flou.

Karine Fréchette investigue la relation entre la couleur, la lumière, l’espace et le mouvement. Sa pratique résolument néo baroque qu’elle considère près du Op Art et de l’abstraction du début du 20e siècle, s’investie dans une recherche constante pour activer l’espace entre le tableau et le spectateur. Tel un astérisme, elle tente de créer des correspondances formelles, de tracer des liens d’idée impromptus, de faire émerger des analogies.

KARINE FRÉCHETTE vit et travaille à Montréal. Fin 2016, elle terminait une maîtrise en Beaux-Arts à l’Université Concordia, après l’obtention d’un Baccalauréat en Arts Visuel et Médiatique à l’UQAM (2009). Au cours de ses études, elle reçoit le Hélène Couture Award ainsi que le Lilian Vineberg Award, et est sélectionnée parmi les finalistes au Concours pan-canadien de Peinture RBC (2014). Son travail fut notamment présenté à la Galerie B-312, à la Galerie Art-mûr, à la Galerie Stewart Hall et à la Maisond e la culture de Gatineau. Cette année, à la suite d’une première résidence d’artiste au Banff Center (Alberta), elle représentait la relève en peinture aux Jeux de la Francophonie en Côte d’Ivoire.

Heures de la Galerie : mardi à vendredi de 12h à 18h, samedi de 12 h à 17 h


Cynthia Girard-Renard

CYNTHIA GIRARD-RENARD LA MAIN INVISIBLE

Vernissage : jeudi 7 septembre à 18 h
Exposition : 8 au 30 septembre

Avec ce nouveau projet, l’artiste nous présente une version satirique des notions de base en économie tels la loi de l’offre et de la demande, la croissance-décroissance, le libre-échange et autres. Ce sont des peintures où la figure humaine interagit avec l’animal dans des relations loufoques de mise en application du capitalisme sauvage. Voilà un monde où peinture, installation et performance se côtoient par un imaginaire débridé qui déploie avec humour et poésie. Lors du vernissage l’artiste présentera une Perfinance costumée en fourmis avec lecture de poésie et publication d’un petit zine intitulé L’écononomie pour les cons.

Soutenez votre centre

L’enseignement des arts fait
une différence. Aidez-nous à
bâtir une communauté créative!

Back To Top