Galerie        
McCLURE

banner_JeanieRiddle

Saison 2012 – 2013

Jeanie Riddle Tenor
30
David Sorensen L’horizon ultime
Wah Wing Chan Noir sur noir
Alfredo Abeijon Quartets
Linda-Marlena Bucholtz Ross An Unintended Aesthetic: The Impromptu Stage / Scènes improvisées
Sophie Lanctôt Zones
Leopold Plotek Campane
Nicolas Fleming Je n’écrirai pas beaucoup de livres
Exposition annuelle des étudiants 2013
Inquiétante étrangeté et autres fantasmagories

Jeanie RiddleTenor

7 au 29 septembre 2012
Vernissage: jeudi le 6 septembre à 18h
Rencontre avec l’artiste : vendredi le 7 septembre à 19h

La Galerie McClure est heureuse d’entamer sa saison automnale avec une exposition solo des œuvres récentes de l’artiste montréalaise Jeanie Riddle. Avec audace, Riddle s’approprie des idées du quotidien ou de la domesticité pour en faire émerger des visions frappantes. Pour ce faire elle fait appel à la peinture et utilise des matériaux tels que le contreplaqué, le MDF, la peinture latex, les confettis et le papier de soie. Dans le cadre de Tenor, l’artiste présente, à l’intérieur d’un espace conçu, métamorphosé et construit par elle, une série de peintures de grand format. Ces dernières sont circonscrites à l’Intérieur de trois sculptures in-situ.

Les peintures et l’architecture de Jeanie Riddle confrontent les géométries aux lignes parallèles, réunissant et renversant tout à la fois les concepts d’espace et de lieu. Délicieusement cryptique, l’artiste décrit son œuvre en ces mots : «Possiblement, ses éléments constituants se rencontrent pour former différentes couches, en couleur, en clivage, en direction et en forme fracturée. Cette architecture totale est définie par le nombre de directions, le sens spatial, la dimension de la construction et la présence de l’observateur dans l’espace créé. Les angles formés entre les peintures et la forme architecturale, ainsi que le degré de perfection du clivage ainsi formé importent également à l’expérience de l’espace. Ces éléments tiennent de la performance et sont étrangers au hasard.» Les œuvres in-situ présentées dans cette exposition se font le reflet d’une compréhension poétique et passionnée de l’interface entre la forme bi et tridimensionnelle. Toute la force de leur impact est donnée par l’altérité propre au quotidien qui les imprègne.

Jeanie Riddle vit et travaille à Montréal, où elle a complété un diplôme de maîtrise en peinture (beaux-arts) à l’Université Concordia en 2005. Son travail a été exposé dans le cadre de nombreuses expositions solo ou de groupe à travers le Canada. Elle a reçu une bourse Recherche et création du Conseil des arts du Canada en 2012 et elle est la Directrice de la Galerie Parisian Laundry de Montréal.

30

5 au 27 octobre 2012
Vernissage: jeudi le 4 octobre à 18h
Commissaire invité : Léopold L. Foulem
Rencontre avec le commissaire : jeudi le 11 octobre à 19h

C’est avec honneur que la galerie McClure présente 30, une exposition de céramique regroupant les œuvres de 33 artistes organisée par le commissaire, céramiste et auteur reconnu Léopold L. Foulem. Trente années se sont écoulées depuis la fondation d’Interaction; une galerie d’expressions céramique. L’exposition 30 commémore et célèbre cet unique événement. Ce collectif était le seul centre d’artistes autogéré au Canada voué à la promotion et à la diffusion de la céramique, une discipline d’art non traditionnel. Cet exploit remarquable a duré cinq ans.
Les artistes invités à participer ont tous exposé chez Interaction entre 1982 et 1986. Parmi les trente-trois œuvres en montre, plusieurs y avaient été présentées et témoignent de la vitalité et de la diversité de la scène céramique de l’époque. Les autres offrent un portrait des nombreuses facettes qu’ont pu explorer les céramistes créateurs depuis.
La galerie McClure du Centre des arts visuels est l’endroit propice pour tenir cet événement car le Centre est né du Potters’ Club fondé en 1946 et première association de céramiste du genre au Canada. La galerie est heureuse de pouvoir permettre un tel rassemblement du travail d’artistes qui ont contribué de façon importante à l’histoire de la céramique au Québec.
Artistes exposants :
Suzanne Arsenault, Lucie Baillargeon, Loraine Basque, Jeannot Blackburn, Mimi Cabri, Thérèse Chabot, Dorothy Deschamps, Judi Dyelle, Léopold L. Foulem, France Gilbert, Denise Goyer, Deborah Harris, Michel Harvey, Édouard Jasmin, Andrée Lapointe, Esther Legault, Yves Louis-Seize, Denis Lowe, Denise Martel, Paul Mathieu, Virginia McClure, Susan Meindl, Richard Milette, Paula Murray, Matthias Ostermann, Christiane Paquin, Gilbert Poissant, Francine Potvin, Rebecca Rupp, Raymond Sigouin, Guy Simoneau, Michel Viala, Michel Vincent

Leopold L. Foulem a une carrière artistique très prolifique. Il a reçu le prix national Jean A. Chalmers pour les métiers d’art, le prix Saidye-Bronfman pour l’excellence en métier d’art ainsi que le prix Éloize de l’artiste de l’année en Acadie.

David Sorensen L’Horizon ultime

Exposition: Du 2 au 24 novembre 2012
Vernissage: jeudi le 1er novembre à 18h

La Galerie McClure est heureuse de présenter l’exposition L’Horizon ultime des œuvres de David Sorensen. Ces abstractions de champs de couleurs, sélectionnées par la commissaire invitée Sandra Grant Marchant, représentent les dernières peintures de Sorensen. Échelonnée sur une décennie, elles sont le résultat d’une exploration profonde de l’horizon tel un leitmotiv. Nous sommes honorés de pouvoir exposer ces œuvres, exécutées, pour la plupart, dans l’année précédant le décès de l’artiste en 2011.

Sorensen a écrit en 2004 : «À mon sens, cette célébration qui vaut la peine d’être peinte existe encore; il est question d’une porte ouverte à l’intérieur de l’artiste que l’on appelait jadis muse.» Bien qu’il se soit tenu au courant des divers mouvements artistiques et qu’il ait été influencé par les questionnements qui lui étaient contemporains, Sorensen demeurait fidèle à la poursuite d’un «ordre classique libéré de l’ironie. » Incessamment, il cherchait à distiller la lumière à la manière de Turner, à réconcilier l’abstraction avec une inspiration venue de la terre et du ciel et à marier le minimalisme et la géométrie au lyrisme du geste humain. Maintenant, sa quête en peinture nous interpelle.

L’exposition à la galerie McClure sera accompagnée d’un catalogue. Pour nous, la publication de ce catalogue comprenant plus de 40 images des séries Horizon est un honneur tout aussi significatif que de présenter l’exposition. Ce dernier compte, de surcroît, une analyse perceptive des œuvres par Grant Marchand, ainsi qu’une appréciation de Verona Sorensen, la fille de l’artiste.

­
Né à Vancouver (C.-B.) en 1937, David Sorensen a étudié à l’Université de la Colombie-Britannique et à la Vancouver School of Art.Suite à un déménagement à Montréal en 1966, et un autre, plus tard, dans les Cantons de L’Est, Sorensen a enseigné à l’École d’art et de design du Musée des beaux-arts de Montréal, au Collège Dawson et à l’Université Bishop’s à Sherbrooke, de 1981 à 2000. Sorensen est représenté par des galeries à travers le Canada, dont la Moore Gallery à Toronto, la Michael Gibson à London (ON) et le Studio 21 à Halifax. Il a exposé à maints endroits sur la scène internationale : à Mexico, Guadalajara, Basel, Milan, Paris, Chicago, New York, Boston, Tokyo, Manille et Hong Kong. En 1996, il a été fait membre de l’Académie royale des arts du Canada. Il a reçu plusieurs bourses du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec. Son œuvre est représentée dans des collections publiques telles que celles du Musée des beaux-arts de Montréal, du Musée d’art contemporain de Montréal, du Musée des beaux-arts de Sherbrooke, de la Art Gallery en Nouvelle-Écosse et de la Hamilton Art Gallery, pour ne nommer que celles-ci.

 

CoverSorensen 150x150 PublicationsL’Horizon Ultime – David Sorensen

60 pages (40 reproductions couleur)
français / anglais
Galerie McClure, 2012
disponible: Galerie McClure
24.95 $ + tx

Wah Wing Chan Noir sur noir

Alfredo Abeijon Quartets

Exposition: Du 30 novembre au 21 décembre 2012
Vernissage: jeudi le 29 novembre 2012 à 18h

La Galerie McClure est heureuse de présenter ce duo d’expositions : Noir sur noir des œuvres sur papier de Wah Wing Chan et Quartets des œuvres murales sculpturales de Alfredo Abeijon.

Wah Wing Chan

Interpellé par l’interaction entre le geste et la marque, les textures et les formes sur la surface du papier, l’artiste utilise l’acrylique sur papier japonais tatami ou le chine collé sur papier Hahnemuhle. Tout en s’inspirant de son environnement, l’artiste recherche l’abstraction du trait qui crée le contraste ou l’unité et incite à la réflexion.

Né à Macau, Wah Wing Chan vit et travaille à Montréal depuis 1972. Il a obtenu deux baccalauréats en arts visuels de l’université Concordia, le premier en création et le deuxième en art imprimé. Il est membre de l’atelier circulaire depuis 2000. Son travail fait parti de plusieurs collections privées et publiques au Canada, en Chine, en Inde, au Portugal, en Corée, la collection de la bibliothèque national du Québec, de l’Atelier de l’île, de Le Droit et Open Studio.

Alfredo Abeijon

Alfredo Abeijon, à travers sa façon unique d’utiliser la forme, la couleur et la profondeur, présente 6 quadriptyques explorant plusieurs thèmes visuels. Il joue avec la tridimensionnalité dans ses tableaux, où il utilise le bois en couche, l’huile et la peinture transparentes pour créer des ombres, des espaces et des effets de lumière. Abeijon explore différentes compositions géométriques.

Né en Argentine, Alfredo Abeijon vit et travaille à Montréal depuis 1972. Son travail a été exposé dans de nombreuses galeries à Montréal dont entre autres la galerie Clark, Circa et plusieurs Maisons de la culture. Son travail fait aussi partie de plusieurs collections privées. Il a reçu des bourses du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada.

archives._web

Linda-Marlena Bucholtz Ross
An Unintended Aesthetic: The Impromptu Stage / Scènes improvisées

Exposition: Du 4 au 26 janvier 2013
Vernissage: jeudi le 10 janvier à 18h

La Galerie McClure est heureuse de présenter l’exposition An Unintended Aesthetic: The Impromptu Stage / Scènes improvisées, présentant les œuvres de Linda-Marlena Bucholtz Ross. Ses photographies de grand format répondent à une esthétique méticuleuse et hyperréaliste, posant un regard original sur le développement et la mutation de nos paysages urbains.

Les sites de construction émergent de toutes parts, devenant presque des lieux permanents autour de nous, tandis que la grue universelle se fait le symbole de l’opulence de nos villes et le reflet de la santé de notre économie. Les hôtels, les condos, les routes et les ponts, semblent pousser comme des champignons. Les photographies de Bucholtz Ross explorent le côté éphémère de la beauté brute et inattendue qui émerge de ces sites. Son travail capture la nature poétique de paysages urbains en constante transformation.

Bucholtz Ross s’intéresse aux structures monumentales; mises en scène dramatiques ou accidentelles cachées au cœur des environnements urbains. Pendant que nos yeux parcourent ces espaces de façon rapide et inattentive, l’artiste révèle une esthétique crue et involontaire qui capte l’imagination et nous amène à prendre conscience de ce qui est souvent ignoré autour de nous. Ses photographies tentent de rendre visibles les traces de la ville en progression, avant que celles-ci ne disparaissent à jamais.

Née en Colombie-Britanique, Linda-Marlena Bucholtz Ross vit et travaille à Montréal. Elle a obtenu un Baccalauréat en photographie et vidéo de l’Université Concordia en 2008. Elle a reçu une bourse en recherche et création du Conseil des arts et des lettres du Québec en 2011 et 2012 et est récipiendaire du prix The Concrete Contemporary Prize for Photography (2011), remis par la Robert McLaughlin Gallery de Ochawa, Ontario. Son travail a été présenté dans plusieurs villes du Canada, ainsi qu’en France et aux États-Unis.

achives

Sophie Lanctôt
Zones

Exposition: Du 1 au 23 février 2013
Vernissage: jeudi le 31 janvier à 18h
Rencontre avec l’artiste : jeudi le 7 février à 19h

La Galerie McClure est heureuse de présenter l’exposition Zones, regroupant les œuvres récentes de la peintre Sophie Lanctôt. Moments d’attente, voyageurs et passagers en mouvement, en transit sont l’objet de ses tableaux et dessins, présentés sous forme de séries, qui incarnent le départ vers l’ailleurs, le possible et l’impossible.

Élaborée à partir de croquis, de photographies personnelles et de coupures de journaux, l’œuvre de l’artiste explore les déplacements à travers des zones picturales peu définies, brouillées, des « espaces autres »* qui exposent plusieurs caractéristiques du monde actuel : départs, attentes, mutations, exodes, solitude, surveillance, liberté.

Les couleurs souvent acidulées, le traitement fluide des matières et les lignes apparentes et accumulées des traits du dessin amplifient le tracé d’un mouvement perpétuel. L’artiste propose une incursion à travers différents espaces publics où les figures en transit avec leurs valises et bagages se croisent avec une certaine indifférence et définissent par métonymie les espaces physiques dans lesquels ils évoluent : aéroport, gares, espaces de transition. Leurs présences solitaires qualifient l’espace mental du passager où le temps semble suspendu.

*Conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967 « Des espaces autres », Michel Foucault, Dits et écrits (1984)

Sophie Lanctôt vit et travaille à Montréal. Elle détient une Maîtrise en Beaux-arts de l’université Concordia. Elle a participé à plusieurs expositions individuelles et collectives à Montréal et en Espagne. Elle a aussi réalisé de nombreux projets dans le cadre de la politique d’intégration des arts à l’architecture du Québec. Elle est récipiendaire de plusieurs bourses du Conseil des Arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec et ses œuvres font partie de collections publiques et privées. Elle enseigne au Collège Jean-de-Brébeuf au département d’Arts visuels et communication depuis 1990.

Leopold Plotek_Web_archives

Leopold Plotek Campane


Exposition: Du 1 au 23 février 2013
Vernissage: jeudi le 31 janvier à 18h
Rencontre avec l’artiste : jeudi le 7 février à 19h

La Galerie McClure est heureuse de présenter l’exposition Zones, regroupant les œuvres récentes de la peintre Sophie Lanctôt. Moments d’attente, voyageurs et passagers en mouvement, en transit sont l’objet de ses tableaux et dessins, présentés sous forme de séries, qui incarnent le départ vers l’ailleurs, le possible et l’impossible.

Élaborée à partir de croquis, de photographies personnelles et de coupures de journaux, l’œuvre de l’artiste explore les déplacements à travers des zones picturales peu définies, brouillées, des « espaces autres »* qui exposent plusieurs caractéristiques du monde actuel : départs, attentes, mutations, exodes, solitude, surveillance, liberté.

Les couleurs souvent acidulées, le traitement fluide des matières et les lignes apparentes et accumulées des traits du dessin amplifient le tracé d’un mouvement perpétuel. L’artiste propose une incursion à travers différents espaces publics où les figures en transit avec leurs valises et bagages se croisent avec une certaine indifférence et définissent par métonymie les espaces physiques dans lesquels ils évoluent : aéroport, gares, espaces de transition. Leurs présences solitaires qualifient l’espace mental du passager où le temps semble suspendu.

*Conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967 « Des espaces autres », Michel Foucault, Dits et écrits (1984)

Sophie Lanctôt vit et travaille à Montréal. Elle détient une Maîtrise en Beaux-arts de l’université Concordia. Elle a participé à plusieurs expositions individuelles et collectives à Montréal et en Espagne. Elle a aussi réalisé de nombreux projets dans le cadre de la politique d’intégration des arts à l’architecture du Québec. Elle est récipiendaire de plusieurs bourses du Conseil des Arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec et ses œuvres font partie de collections publiques et privées. Elle enseigne au Collège Jean-de-Brébeuf au département d’Arts visuels et communication depuis 1990.

coverlowresCampane – Leopold Plotek

français / anglais
Galerie McClure, 2012
disponible: Galerie McClure
24.95 $ + tx
  
 
 

archives2013

Exposition annuelle des étudiants 2013

Exposition: 5 au 20 avril 2013
Vernissage: jeudi le 4 avril, à 18 h

Les étudiants inscrits à l’école d’art pour la session d’hiver sont invités à exposer leurs œuvres dans le cadre de notre exposition annuelle. L’exposition, qui regroupe une centaine d’œuvres réalisées dans une grande variété de techniques, donne aux étudiants la possibilité de voir leurs œuvres dans le contexte d’une galerie professionnelle. Elle offre aussi l’opportunité d’apprécier la grande diversité de la production artistique au Centre.

archives_felmming

Nicolas Fleming Je n’écrirai pas beaucoup de livres

Exposition:: Du 3 au 25 mai 2013
Vernissage: jeudi le 2 mai à 18h

La Galerie McClure est heureuse de présenter l’exposition Je n’écrirai pas beaucoup de livres de l’artiste Nicolas Fleming. L’exposition regroupe une multitude d’objets produits, modifiés ou appropriés qui oscillent entre la peinture et la sculpture, se rapprochant par moments de la trace performative. L’artiste s’approprie l’espace de la galerie qu’il aborde de la même façon que les matériaux avec lesquels il travaille, soit en la transformant et en l’utilisant afin de servir les questions qui le préoccupent.

Les considérations spatiales et esthétiques de Nicolas Fleming proviennent d’expériences accumulées lors de divers projets de rénovation, de montages d’exposition et d’autres travaux manuels qui constituent son quotidien. Par son travail, il souhaite aborder des enjeux formels et idéologiques en peinture actuelle, proposer des pistes de recherche et présenter des solutions. Il considère toutes ces étapes comme des finalités. Son travail est en constante mouvance jusqu’au moment où il abandonne ses œuvres et juge qu’elles participent à cette réflexion.

Dans cette exposition, Fleming souligne l’importance qu’il accorde à la réalité physique des matériaux, l’acte de créer ainsi qu’une approche singulière des caractéristiques du lieu de diffusion en le modifiant par accommodation ou en mettant en valeur ses spécificités. L’aspect unique de ces objets, évoquant des références à un quotidien lié au travail, suggère une réflexion sur le geste et les décisions inhérentes à la création.

Nicolas Fleming détient une Maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (2007) et un Baccalauréat en Studio Arts de l’Université Concordia (2001). Son travail a fait l’objet d’expositions à L’Écart (Rouyn-Noranda), à Eastern Edge (St.-John’s, Terre-Neuve), à la Galerie de l’UQAM (Montréal), à Caravansérail (Rimouski) et à la Galerie Trois Points (Montréal). En juillet 2013, son travail sera exposé à la Galerie Trois Points lors d’une exposition collective présentée dans le cadre de Peinture Extrême..

archives_dessin_vlpierre

Inquiétante étrangeté et autres fantasmagories

Commissaire invitée: Véronique La Perrière M.
Exposition: Du 3 au 25 mai 2013
Vernissage: jeudi le 2 mai à 18h

La Galerie McClure est heureuse de présenter l’exposition Inquiétante étrangeté et autres fantasmagories proposée par la commissaire invitée Véronique La Perrière M. L’exposition met l’accent sur des pratiques en dessin et rassemble le travail des artistes Julie Lequin, Kristin Bjornerud, Martin Lord, Marigold Santos et Pierre Durette. La sélection des œuvres présentées s’unifie autour de la narration poétique, du langage des rêves ainsi que du fantasmagorique. Le thème de l’exposition s’inspire librement de la notion d’inquiétante étrangeté telle que développée dans les contes de l’écrivain romantique E.T.A. Hoffmann.

S’attardant sur des pratiques en dessin figuratif, les œuvres témoignent d’univers picturaux personnels et singuliers qui naviguent dans des courants poétiques apparentés. Le projet veut mettre l’accent sur des préoccupations artistiques et une tendance esthétique particulière qui s’imposent comme un signe évocateur de notre époque.

Julie Lequin, artiste multidisciplinaire travaillant en vidéo, performance, dessin et écriture, explore des thématiques se liant à l’autobiographie, l’autofiction et des questionnements identitaires. Entre la narration, la poésie et l’humour, son installation de dessins dévoile des fragments de vie réelle et de vie rêvée. (www.julielequin.com)

Kristin Bjornerud est reconnue pour ses dessins délicats, détaillés et tissés de récits poétiques. Dans un langage se liant au folklore, à l’onirisme et au réalisme magique, elle présente un ensemble d’aquarelles et de gouaches témoignant de son univers pictural et de ses mythologies personnelles. L’artiste tient à souligner le généreux support du Conseil des arts de l’Ontario. (www.galleryjones.com/Kristin_Bjornerud.html)

Martin Lord présente des dessins qui oscillent ingénieusement entre le diagramme, le pictogramme ou encore la représentation technique. Ces œuvres étonnent et fascinent par les mystérieuses instructions qu’elles mettent en scènes. Des fragments du corps et des architectures inattendues décortiquent le langage du dessin. (www.martinlord.info)

Marigold Santos, dans la lignée de ses recherches portant sur la fragmentation et la reconfiguration, présente deux séries de dessins formant une installation inédite de travaux réalisés dans les dernières années. Les œuvres témoignent des préoccupations de Santos pour la cristallographie et la notion de démembrement. (www.marigoldsantos.com)

Pierre Durette présente une installation récente de dessins accompagnés de sculptures. L’artiste propose un nouveau corpus de travaux qui explore les thématiques de l’offrande et du rituel. Les images codifiées qu’il nous offre laissent entrevoir des narrations abstraites et poétiques se situant entre l’étrange et le familier. (www.pierredurette.com)